Au revoir atome

✿ TRANSITION ÉNERGÉTIQUE

Le lundi 9 mars, une discussion un peu tendue sur BFM TV a retenu mon attention lors de mon petit déjeuner. Sur le petit écran, Ségolène Royal, ministre de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie, est reçue en direct par Jean-Jacques Bourdin (« Bourdin Direct » sur BFMTV et RMC).

Ségolène Royal a assuré lundi matin que la centrale nucléaire de Fessenheim fermera, mais pas dans l’immédiat. « Fessenheim se fera lorsque Flamanville s’ouvrira » a-t-elle assuré. « Les Verts sont pour la sortie du nucléaire, ce n’est pas ma position ni celle du gouvernement », a déclaré la ministre de l’Ecologie. « Je considère que l’énergie nucléaire est un atout pour la France, même s’il faut en diminuer la part à 50% », a-t-elle ajouté. La ministre considère également que les énergies renouvelables doivent « monter en puissance », « d’où l’importance de la loi de transition énergique que j’ai fait voter », explique-t-elle.

À 14:40 de l’audio: « Nucléaire: la fermeture de Fessenheim se fera lorsque Flamanville s’ouvrira. »

En même temps sur la Seine à Paris, Greenpeace  est en ACTION!

À la veille de la décision de la commission mixte paritaire, qui doit étudier l’opportunité d’un compromis entre les textes votés à l’Assemblée Nationale et au Sénat sur la loi de transition énergétique, une dizaine de militants de Greenpeace ont ce matin déployé une banderole flottante de 100 m2 sur la Seine devant l’Assemblée nationale, rappelant à la majorité présidentielle l’engagement pris et répété de réduire la part du nucléaire à 50% d’ici 2025.
À plus de 12 reprises, depuis les primaires socialistes de 2011, François Hollande a clamé haut et fort cette volonté de ramener la production d’électricité d’origine nucléaire à 50% en 2025. Greenpeace France (09 mars 2015)

En France, la centrale de Fessenheim est toujours ouverte. Notre pays est-il un mauvais élève ?
Charlotte Pijeon : La promesse de fermeture de Fessenheim reste floue. Originellement promise comme « immédiate » par le candidat Hollande, elle a ensuite été annoncée pour fin 2016, puis pour la fin du quinquennat… Puis été rendue tributaire du plafonnement de la puissance nucléaire installée introduit dans la loi de transition énergétique. En vertu de ce plafonnement, pour mettre en service un nouveau réacteur, comme l’EPR de Flamanville, il serait désormais nécessaire de fermer une installation de capacité équivalente. Mais, outre la mise en service hypothétique de Flamanville, cela repousserait la fermeture de Fessenheim. Le gouvernement est devenu très évasif sur le sort de la centrale à fermer. Devant l’opposition d’EDF, Ségolène Royal lui aurait même demandé de présenter des scénarios alternatifs à la fermeture des deux réacteurs de Fessenheim ! Rien n’indique donc que la centrale sera effectivement fermée en 2016. Comme au Japon, il apparaît donc que la sortie du nucléaire n’est pas tant une question de faisabilité technique que de volonté politique de la part du gouvernement, et notamment de volonté de tenir tête à EDF. BLASTING NEWS (12 mars 2015)

Angela Merkel au Japon

Lors de son déplacement à Tokyo en amont du G7 qui aura lieu en Allemagne en juin prochain, Angela Merkel qui est d’accord sur un certain nombre de choses au cours de ses entretiens avec le Premier Ministre Shinzo Abe, a tenu à clarifier le choix énergétique de son pays.

La chancelière Angela Merkel estime que l’accident de la centrale de Fukushima en mars 2011 est un événement majeur, puisqu’il démontre que les risques ne peuvent être anticipés. L’Allemagne a fait le choix de sortir de la dépendance du nucléaire. « Avec courage et réelle volonté politique, n’importe quelle nation pourrait suivre l’exemple de l’Allemagne en s’éloignant d’une dépendance énergétique d’origine nucléaire. » a dit Angela Merkel. « On nuclear energy, Abe and Merkel remain far apart » – The Asahi Shibun

Kenzaburo Oe, lauréat du Prix Nobel de littérature, a appelé le gouvernement japonais à suivre l’exemple de l’Allemagne et en finir avec le nucléaire.

Vous ne croyez pas que Madame Merkel puisse convaincre notre cher président Monsieur Hollande à abandonner notre dépendance du nucléaire?
Oui, mais … Ah, vous savez comme moi que l’État français est actionnaire à 87% de l’entreprise AREVA qui semble ne plus être rentable … Pourtant on a tant écrit sur la bonne santé financière de l’entreprise et de façon arrogante …  Nos chères centrales nucléaires nous coûtent cher et les déchets que cette industrie produit ne sont pas recyclables et nous empoisonnent pour l’éternité! Ah! Ça non plus on ne vous l’a pas dit? En attendant, nous payons la facture, autant le savoir et que l’on arrête d’incriminer Fukushima comme étant la cause des difficultés de la soit disant « malade » areva. Le vrai problème est ailleurs et madame Ségolène Royal ministre de l’Écologie, du Développement Durable et de l’Énergie, devrait être bien plus humble, responsable et bienveillante en ce qui concerne la protection de l’environnement et du vivant, que le nucléaire qui déraille met en danger pour très, très longtemps.

COMMÉMORATIONS DE FUKUSHIMA À PARIS le 11 mars 2015 à 18h30 Place de la République « pour commémorer les victimes de ce drame, exprimer notre solidarité avec le peuple japonais, mais aussi pour rappeler l’arrêt urgent des centrales nucléaires en France. » – Réseau « Sortir du nucléaire »

Visite à Fukushima en 2014 – état des lieux des centrales nucléaires françaises

CHANGEONS D’ÉNERGIE ✿

Rendez-vous sur Hellocoton !


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *